Vous êtes des curieux

Depuis que la crise a débuté à Libération, les lecteurs nous posent souvent les mêmes questions. Plutôt que de répondre individuellement à chacun d’entre vous, nous avons choisi de consacrer une double-page à vos interrogations, pour que chacun en profite. L’exercice ne fut pas aisé. Les salariés en sont souvent réduits à apprendre par la presse ce qui se trame dans les hautes sphères de Libé.

Ainsi, si on a bien une petite idée de qui sera le futur directeur de Libération (un indice, il est barbu), la direction n’a rien confirmé officiellement. Et si le nom des futurs actionnaires est connu (a priori, Bruno Ledoux et Patrick Drahi), on ne connaît toujours pas la répartition à venir du capital. Quant à savoir quand les 18 millions d’euros promis arriveront dans les caisses, il n’est plus du tout certain que la date du 26 juin, précédemment évoquée, soit respectée.

> Lire la suite

Comments
Prémices du futur “Cahier graphique” ?

Touchons à Next pour une fois !
Bon, je n’aime pas Next, c’est dit, mais les belles photos noir et blanc de Daho par Ward Ivan Rafik ont tenté mes feutres Molotow !
En plus il s’appelle Ivan ;)
Art-mitiés
Ivan Sigg

Prémices du futur “Cahier graphique” ?

Touchons à Next pour une fois !
Bon, je n’aime pas Next, c’est dit, mais les belles photos noir et blanc de Daho par Ward Ivan Rafik ont tenté mes feutres Molotow !
En plus il s’appelle Ivan ;)
Art-mitiés
Ivan Sigg

Comments

Vous êtes gonflés

Chers NSUJ,

Merci pour votre double page géniale du weekend où vous répondez avec passion aux questions posées par les lecteurs. On sent que vous avez pris le temps d’affiner vos réponses, au niveau des enjeux et dans le respect des lecteurs qui se sont impliqués dans la réflexion sur le renouveau de Libération.

Les 8 questions/réponses qui m’ont particulièrement éclairé sont les suivantes :

1) Un nouveau journalisme ?
Votre décision de revenir à un journalisme d’investigation dont une bonne partie se ferait en France est enthousiasmante. “Privilégier l’inconnu au connu et le petit au grand” me semble être une décision révolutionnaire. “Aucune allégeance, sortir des dualités et toujours montrer la complexité”, j’adhère totalement. Mieux comprendre le fonctionnement du processus de pensée (du psychisme humain) pour mieux comprendre les fonctionnements politiques, sociaux et économiques” ! Ça ne va pas être compris par tout le monde, mais vous ouvrez là un champ passionnant !

Afficher davantage

Comments
Reportage dessiné en direct par votre lecteur/correspondant : Concert exceptionnel hier soir à l’Institut du Monde Arabe qui reprend vie sous la houlette de Jack Lang. André Manoukian et son Quartet mêlaient le jazz arménien et le jazz newyorkais dans une fusion virtuose, libidinale et rieuse. Si chaque lecteur NSUJ devient sociétaire/correspondant/ambassadeur du journal, ce n’est pas un nouveau Libération qui va naître mais une France LIBÉRéeATION :))
Art-micalement vôtre
Ivan Sigg

Reportage dessiné en direct par votre lecteur/correspondant : Concert exceptionnel hier soir à l’Institut du Monde Arabe qui reprend vie sous la houlette de Jack Lang. André Manoukian et son Quartet mêlaient le jazz arménien et le jazz newyorkais dans une fusion virtuose, libidinale et rieuse. Si chaque lecteur NSUJ devient sociétaire/correspondant/ambassadeur du journal, ce n’est pas un nouveau Libération qui va naître mais une France LIBÉRéeATION :))

Art-micalement vôtre

Ivan Sigg

Comments
Questions précises sur le journalisme pour votre questionnaire NSUJ.
Qu’est-ce qui fait que les journalistes des quotidiens comme Libé, l’Huma ou le Monde ne parleront jamais
1) d’une exposition comme “C’est sport!” Au Centre Culturel Aragon d’Oyonnax ?
2) ne citeront jamais un article paru dans “La Voix de l’Ain”
3) ne connaissent pas le travail de la journaliste et ethnologue Monika Borowitch ?…
Réponse A : le manque de moyens et de correspondants  Réponse B : l’absence de curiosité  Réponse C : la méconnaissance et le désintérêt total pour “La France profonde” ? Réponse D : le mépris intellectuel Réponse E : je ne parle que de “ce que je connais”, de “ce dont on parle”, de “ce qui fait évènement” de “ce qui est connu”.
Harry Bellet (Critique d’art au Monde) m’avait dit un jour dans mon atelier : “Une exposition d’Ivan Sigg ne peut pas être un évènement dont on parle dans le Monde. Un évènement, ce n’est pas un chien qui mord Mitterrand, un évènement c’est Mitterrand qui mord un chien. Le jour où tu mords un chien, tu as une critique dans l’un des sept emplacements dont je dispose par semaine”
Précision : Monika Borowitch n’est pas “seule contre tous”, à l’instar de la militante de l’environnement Erin Brockovich, mais comme elle, elle fait bien son boulot d’enquête.
Idée : Et si Libé se jumelait avec des journaux de régions ? Et si Libé avait une page hebdo — façon Courrier International — de choix d’articles de journaux régionaux ?
Ivan Sigg

Questions précises sur le journalisme pour votre questionnaire NSUJ.

Qu’est-ce qui fait que les journalistes des quotidiens comme Libé, l’Huma ou le Monde ne parleront jamais

1) d’une exposition comme “C’est sport!” Au Centre Culturel Aragon d’Oyonnax ?

2) ne citeront jamais un article paru dans “La Voix de l’Ain”

3) ne connaissent pas le travail de la journaliste et ethnologue Monika Borowitch ?…

Réponse A : le manque de moyens et de correspondants
Réponse B : l’absence de curiosité
Réponse C : la méconnaissance et le désintérêt total pour “La France profonde” ?
Réponse D : le mépris intellectuel
Réponse E : je ne parle que de “ce que je connais”, de “ce dont on parle”, de “ce qui fait évènement” de “ce qui est connu”.

Harry Bellet (Critique d’art au Monde) m’avait dit un jour dans mon atelier : “Une exposition d’Ivan Sigg ne peut pas être un évènement dont on parle dans le Monde. Un évènement, ce n’est pas un chien qui mord Mitterrand, un évènement c’est Mitterrand qui mord un chien. Le jour où tu mords un chien, tu as une critique dans l’un des sept emplacements dont je dispose par semaine”

Précision : Monika Borowitch n’est pas “seule contre tous”, à l’instar de la militante de l’environnement Erin Brockovich, mais comme elle, elle fait bien son boulot d’enquête.

Idée : Et si Libé se jumelait avec des journaux de régions ? Et si Libé avait une page hebdo — façon Courrier International — de choix d’articles de journaux régionaux ?

Ivan Sigg

Comments

Pub

J’adore votre journal que j’achète en vacances pour le lire sur la plage et que je feuillette sur internet et j’en peux plus… Au moindre clic je vois apparaitre une publicité, notamment en utilisant l’ascenseur (à droite de l’écran)

Dommage mais je vais éviter…

Patrick L.

Comments
Ce que pourrait être la contribution d’un lecteur/correspondant, dans le futur LIBÉ-NSUJ : Un reportage dessiné en direct pendant un concert (L’imaginaire dans les envolées d’ogives mais le fondement gelé par le sol gothique :). Technique : un énorme marqueur Molotow de street artiste !
Alors que le groupe rock canadien Arcade Fire était au Zénith pour deux concerts, Richard Reed Parry en a profité pour venir présenter son album solo “Music for Heart and Breath” et nous offrir un DJ set live au Collège des Bernardins (75005). Il a également frotté sa musique et sa contrebasse avec le piano du musicien contemporain Max Richter. Alice Martinengo et Guillaume Malichier de PIXEL CARRÉ installaient les musiciens dans un livre aux pages/écrans superposées, sur lesquelles ils développaient des images audio-réactives et proliférantes. Conjonction parfaite quand Richard Reed Parry et son altiste — stéthoscopes fixés sur les carotides — jouaient aux rythmes de leur cœurs !
Art-mitiés
Ivan Sigg

Ce que pourrait être la contribution d’un lecteur/correspondant, dans le futur LIBÉ-NSUJ : Un reportage dessiné en direct pendant un concert (L’imaginaire dans les envolées d’ogives mais le fondement gelé par le sol gothique :). Technique : un énorme marqueur Molotow de street artiste !

Alors que le groupe rock canadien Arcade Fire était au Zénith pour deux concerts, Richard Reed Parry en a profité pour venir présenter son album solo “Music for Heart and Breath” et nous offrir un DJ set live au Collège des Bernardins (75005). Il a également frotté sa musique et sa contrebasse avec le piano du musicien contemporain Max Richter. Alice Martinengo et Guillaume Malichier de PIXEL CARRÉ installaient les musiciens dans un livre aux pages/écrans superposées, sur lesquelles ils développaient des images audio-réactives et proliférantes. Conjonction parfaite quand Richard Reed Parry et son altiste — stéthoscopes fixés sur les carotides — jouaient aux rythmes de leur cœurs !

Art-mitiés

Ivan Sigg

Comments

Schizophrènes

Bonjour les journalistes,

Pourquoi ce journal en est-il arrivé là ?
Vous êtes devenus schizophrènes. Si vous avez voulu protéger vos emplois et vos postes, ce qui se comprend aisément, vous avez oublié qu’il s’agissait aussi de protéger vos idées, vos idéaux, nos idéaux…

Vous avez fermé les yeux lors de la reprise du journal par Edouard de Rothschild. C’était déjà fini, mais vous ne le saviez pas.

N’est-ce pas curieux, qu’à l’image de la gauche qui perd son électorat parce qu’elle oublie ses idéaux, il en est de même de votre journal…
Parce que vous avez perdu une certaine éthique, accepté des compromis qui ne sont que des baisers mortels du capitalisme et du libéralisme,
vous avez oublié d’où vous veniez et qui vous étiez. Je vous souhaite cependant de ne pas sombrer, de trouver la voie.

Pour cela il faut faire sa révolution. Ou la refaire…

Courage.

Bien cordialement,

Franck Fernandes

Comments

Vous êtes un journal

Vous êtes un journal…..Assurément, mais quel est votre positionnement, en termes d’idées, de courant d’opinion, aujourd’hui ? Par exemple, comment traiteriez-vous aujourd’hui le coup d’état au Chili qui a renversé Allende ?

En tant que lectrice j’ai un peu l’impression  que vous souffrez du même syndrome que la gauche “socialiste” . La désaffection du public qui en résulte est du même genre. Vous ne savez pas trop où vous en êtes; ce qu’il faut penser, pas penser ou dire, alors vous dites comme tout le monde. Et comme vous n’avez pas les moyens de faire de l’investigation, vous vous contentez de dire avec votre style, “votre marque”, les mêmes dépêches que les autres journaux. Ca ne suffit pas pour nous lecteurs, et pour vous , journalistes ?

Cordialement,

une ancienne lectrice

Comments

Quid de votre ligne éditoriale ?

Je lis (lisais) Libé depuis son premier numéro. Pourquoi me suis-je lassée ? Marre des dépêches AFP recopiées, marre du manque d’analyse, marre d’articles moins fouillés que ceux d’autres journaux, marre du manque de distance, marre de l’absence d’inventivité. Et maintenant marre de votre site poussif.

Quand allez-vous retrouver une ligne éditoriale claire et la tenir ? Quand allez-vous à nouveau nous (me ?) faire rêver, penser, discuter, polémiquer ? 

Je suis votre “combat” avec un peu de distance, j’avoue. Pourquoi n’avez-vous même pas envisagé une scoop où vos lecteurs seraient aussi vos “actionnaires” ?

Je vous embrasse mollement.

Régine L.

Comments